Avis sur "Les yeux d'Ava" de Wendall UTROI

Publié le par Is@belle

Un roman qui commence bien.

 

Une famille heureuse, les parents se sont rencontrés sur les bancs de l’école et c’est toujours l’amour fou. Des jumeaux une fille, un garçon.. La belle vie quoi !!!

 

Petite vérification c’est bien écrit "Thriller "sur la couverture ???....

 

Un départ en week-end pour toute la famille et accident !....L’époux et un des jumeaux décèdent.

 

Définition de thriller : « Le thriller est un genre artistique utilisant le suspense ou la tension narrative pour provoquer chez le lecteur ou le spectateur une excitation ou une appréhension et le tenir en haleine jusqu'au dénouement de l'intrigue. »

 

Ava découvre que son mari défunt a une double vie disons dissolue. La tension est posée.

Compliquée pour Ava pétrie de certitude, elle sombre dans la dépression, la violence, et son fils survivant la rejette….

Ses parents sont là, enfin son père mais rien à faire il y a le manque, la culpabilité et des questionnements incessants la ronge.

Tenir mais pour qui ? Son fils ne veut plus la voir…

Un jour elle change de vie radicalement….une autre partie du roman.

 

On découvre dans ce roman les dérives de l’âme à la suite d’accidents de la vie, de chagrins insupportables. Tout en délicatesse, de bons sentiments. Sans être gnan gnan…quoique parfois….

 

Sur la couverture il est bien écrit « Thriller » donc je tournais les pages en me disant, je vais découvrir que la maitresse a trucidé cette jolie famille mais non…C’est un thriller sans sang, aucune personne égorgée, rien.

 

Je pensais « on sort quand les lames de rasoir et les haches ? », j’ai parcouru les 380 pages, je ne pouvais pas abandonner Ava comme ça. Mon côté Mère Térésa peut être…🙄

 

 

 

Ma note 7/10

 

Et vous vous connaissez cet auteur ?

Et vous nous connaissez sur Instagram ?.....Non ?

Adresse Instagram d'un Petit Moment Ensemble

On s'y retrouve ?

 

​​​​​​​

Publié dans Activité, Avis livre, Lecture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article